REMEDE POUR GUERIR LA DREPANOCYTOSE

medecine traditionel, guerisseur, folie, marabout africain, voyant marabout africain, bipolie, epilepsie

 

La drépanocytose est une maladie qui favorise la croissance de la mortalité en Afrique. Elle se manifeste de manière brusque et brutale. Ceux qui en souffrent sont les enfants des parents souvent menacés par le paludisme ou les parents son tensionnaires.

Elle se manifeste par des crises d'accès pernicieux qui conduisent à la crise d'impulsion pulmonaire. Ces crises proviennent souvent de la chronicité du paludisme mal soigné.

Le drépanocytaire a souvent :

- Une légère fièvre
- La migraine
- Des douleurs musculaires
- La courbature
- L'insomnie

La fatigue progressive qui entraîne brutalement la fatigue générale de l'organisme

Du sommeil régulier à la moindre effort.

Mais auparavant, le drépanocytaire aura les joues pâles, les yeux gris, il peut avoir aussi la peau gonflée, les nerfs rétrécis. Des nourrissons aussi en souffrent. Chez eux ils ont le cou mobile, le corps chaud et l'appareil digestif bloqué.

La drépanocytose est une maladie que les CHARLATANS guérissent sans s'en rendre compte parce qu'ils la connaissent mal. De part ses manifestations tragiques et pernicieuses, les guérisseurs-charlatans la couvrent de mythe «c'est la maladie des sorciers » - donc, le pire à craindre, alors elle ne sera guérie que par le hasard ou par force du fétiche. Ce concept erroné n'a pas cessé d'influencer les chercheurs qui n'ont pu continuer les recherches pour la découverte des recettes efficaces pour cette cruelle maladie.

QUELLES SONT LES PERSONNES QUI EN SOUFFRENT

La drépanocytose peut se manifester chez le nourrisson— chez l'enfant dès le sevrage qui entraîne souvent un certain déséquilibre dans l'organisme: Elle se manifeste chez l'adolescent, chez l'adulte et le vieillard. Mais la manifestation de la drépanocytose chez le vieillard se confond souvent avec le retour d'âge, (la maladie de la vieillesse): Cet aspect semble un peu ignoré par la médecine moderne qui dans ces diagnostics pour certains vieillards évoque la maladie du foie, de l'hypertension, de l'insuffisance rénale, de l'hypotension etc.

COMMENT PEUT-ON RECONNAITRE UN ENFANT DREPANOCYTAIRE ?

L'enfant drépanocytaire souffre de temps en temps de la fièvre accompagnée de petits maux de tête. Il se plaint régulièrement de la fatigue. Il a des problèmes pour sa vue. Mais il est très intelligent et raisonne comme un adulte chevronné. Il a de l'audace, l'esprit de créativité et du progrès.

MESURES PREVENTIVES DE LA DREPANOCYTOSE

Pour prévenir, ralentir ou empêcher les crises de la drépanocytose, il faut

- Déparasiter l'enfant de temps en temps

- Lui soigner régulièrement le paludisme

- Purifier et fortifier le sang

Le traitement général de la drépanocytose. (remède pour déparasiter un drépanocytaire)

Pour déparasiter un drépanocytaire il faut se procurer les matières suivantes :

Kissèkisèma (Mareya spicata)
Dé (Elaeis guinneensis) palme
Danmansin (piclalima nitiada) ses feuilles

On prépare la tisane de ces matières et le malade boit un verre de bière tous les matins pendant cinq jours. Trois mois après, il reprend le même traitement. L'enfant boit un petit verre. Si le malade est un adolescent ou un adulte, il peut prendre un citron entier et manger son jus ses grains et peau.

REMEDE POUR SOIGNER LE PALUDISME CHEZ UN DREPANOCYTAIRE

Le paludisme se soigne chez un drépanocytaire avec les matières suivantes :

Ahouanglon (Passiflora focrida)

Houensinma (Morinda luciada)

On prépare la tisane de ces deux éléments. Lorsque le malade ne supporte pas le liquide amer, il prend soin de diluer un peu la tisane — il peut même mettre le sucre.,

Le drépanocytaire peut aussi chercher la feuille Agnougwléma (Anone palustris) et le Citron (Citrus medica). Il triture la feuille dans un bol d'eau et filtre le liquide ainsi obtenu avec un mouchoir bien propre. Ensuite, il verse le jus du citron dans le médicament filtré. Il boit un grand verre de bière par prise et deux verres en 4 heures de temps. C'est la dose d'un adulte. L'adolescent et l'enfant en prennent moins.

COMMENT  FORTIFIER UN DREPANOCYTAIRE

Pour que le drépanocytaire résiste au mal, il faut lui préparer la tisane des matières suivantes

Ahodo (Lonchocarpus cyanesscens)

 Ayadahado (Uvaria chamae)

Douensido (Morinda lucida)

Kplakplakan

Djéléléma (Croton ambesicus)

Kpédjélékoun (Xylopia aethiopica)

Adadagoto (Spathodea campanulata)

Lorsqu'on a plusieurs personnes qui souffrent de cette maladie on dose la quantité des matières citées ci-dessus. Le médicament peut être mis sur le feu pendant deux ou trois jours même. Il ne perd pas sa vertu comme les autres médicaments. Mais si le malade a déjà les nerfs agités, on diminue la quantité proportionnelle de la racine ayadaha (Uvaria chamae).

POSOLOGIE

Ce médicament s'emploie comme l'eau, un verre de bière trois fois dans la journée, trois petits verres pour les enfants. On renouvelle au moins quatre fois la préparation de ce médicament même si on a eu entre temps satisfaction.

Les précautions à prendre vis-à-vis d'un drépanocytaire en crise. Lorsque vous intervenez pour une crise d'accès pernicieux ou d'impulsion pulmonaire, chez un drépanocytaire, gardez-vous d'envoyer votre doigt dans sa bouche. Ne lui enfoncer pas aussi du piquant dans les yeux. Le premier geste à faire, c'est de le déshabiller s'il était en costume, le faire coucher sur son côté. Ensuite, vous appuyez sur ses mâchoires pour voir si sa bouche peut s'ouvrir. Si elle ne s'ouvre pas et s'endurcit, laissez les mâchoires et faites lui passer entre ses dents les produits destinés à ce traitement. Puis vous lui enfoncer un peu de savon indigène dans l'anus. A défaut de ce savon indigène «Koto», on emploie le savon industriel qui cependant est moins efficace.

REMEDE POUR GUERIR LES CRISES DE LA DREPANOCYTOSE

Les médicaments avec lesquels on soigne la crise de la drépanocytose, sont préparés à l'avance, et lorsqu'on vous fait appel, vous prenez vos produits tous prêts à être administrés.

Vous cherchez le savon indigène et vous le macérez dans un flacon d'alcool ou rempli de gin. Vous faites boire une cuillerée de ce produit au malade et vous lui massez tout le corps avec le même produit. Il vomit ou fait des selles et se réveille.

Ce produit s'emploie aussi à titre préventif. Lorsque le drépanocytaire fait la température, on peut déjà commencer à lui administrer ce médicament qui lutte contre les crises.

Pour les mêmes crises, on peut utiliser aussi la racine de la plante Mintin (Olax suscorpioidea) la queue de Musaraigne et Sinza (animal) qu'on enfonce dans une bouteille bien nettoyée remplie d'alcool ou do Gin.

La posologie est la même que pour la précédente recette. Mais si malgré l'intervention, le malade ne revient pas, on cherche Takima (Capsicum corasiforme) feuille nouvellement sortie de piment qui n'a pas encore produit, Atakounkouin (Aframomum melegueta).

On écrase les 7 grains de Atakoun avec ses dents et les ajoute aux feuilles de Takin qu'on filtre avec quelques gouttes d’eau. On fait glisser quelque liquide du produit dans les yeux du malade. Il doit se réveiller en sursaut, mais on ne doit pas oublier de lui mettre de l'huile rouge de palme dans les yeux.

Après s'être réveillé, le patient peut avoir les nerfs agités, dans ce cas on cherche la feuille Toyama (n.d.) qu'on prépare comme une tisane. On prend soin de verser un peu d’huile rouge dans le médicament. Le malade se baigne avec ce médicament et on ramasse l'huile à la surface de la tisane pour lui masser les articulations.

REMEDE POUR GUERIR LA DREPANOCYTOSE UNE FOIS POUR TOUTES

La tisane buvable

Ayadahado (Uvaria chamae)
Houensindo (Monodora lucide)
Ahodo (Lonchocarpus cyanescens)
Djéléléma (Groton amabilis)
Kpédjélékoun (Afselia africana)
Adadagoto (spathodea campanulata)

On prépare la tisane des matières ci-dessus citées. Le malade boit un verre de bière par prise et trois fois par jour.

Pendant que le malade boit le médicament il se baigne quotidiennement avec le médicament suivant :

Agontindo (Borassus asthiopum) racine du rônier
Dékissèdo (Calamus macrocarpus) racine du palmier
Azama (Crotalarin striata) crotalaire
Késsoukéssou (Impatieno balsamine)
Déssèlèguèma (Newbouldia laevis)
Amahouhou (n'importe qu'elle feuille sèche tombée)
Sélikpo (Pierre utilisée et abandonnée)
Woulègban (grand canari)
Zé wiwi sin ko (nid de fourmis noires de la forêt).

On regroupe toutes ces matières dans la jarre pour fat son infusion. On chauffe la tisane tous les jours et le patient prend tiède ou froide pour se baigner.

Les mêmes matières que ci-dessus sont regroupées et carbonisées sauf la pierre. La poudre noire obtenue sera mélangée dans un flacon rempli de pommade pour se masser les articulations et tout le corps après s'être chaque fois lavé.

Il continue les soins jusqu'à la guérison totale.

Chez le vieillard qui sent des douleurs musculaires- la fatigue excessive de l'organisme -l'insomnie etc. On lui prépare l'infusion des matières suivantes :

Agontindo (borassus acthiopum)
Dekissèdo (Calamus macrocarpus)
Azama (Crotalarin striata)
Kessoukessou (Impatieno striata)
Dessèlèguèma (Newbouldia laevis)
Amahouhou (N'importe qu'elle feuille sèche)
Sélikpo (Pierre utilisée et abandonnée)
Woulègban (grand canari)
Lé wiwi sin ko (nid de fourmis noires de la forêt)

Même préparation et traitement que pour la guérison de drépanocytose. Ensuite, les mêmes matières sont prises et calcinées sauf Sélikpo.

Infos:

Tel/whatsapp: 00229 66 68 21 20
medium.tchedi@gmail.com
www.voyantretouraffectif.com